Portons notre regard vers 2020…
pou
r construire l’école de demain

goupe OEC

 

La Fusion


E
n 2009, la fusion des lycées OZANAM et EPIL a été une décision importante. Avec le Conseil d’Administration, le but était de mutualiser et d’optimiser les structures en faisant évoluer notre organisation globale avec à sa tête un directeur général entouré de directeurs de sites, véritables courroies de transmission vers les équipes pédagogiques et personnels (cf. organigramme joint).

Cette fusion a été un changement culturel mais aussi un véritable changement de paradigme. L’un des grands enjeux d’avenir était de bâtir et structurer un groupe pour faire face avec réalisme, professionnalisme et confiance aux évolutions et réformes du monde éducatif.

Aujourd’hui, nous sommes sur le bon chemin et nous commençons à voir les fruits de notre travail.

Les sites EPIL et OZANAM se nourrissent l’un de l’autre et progressivement des collaborations visibles et porteuses de sens se développent (dynamique des mini-entreprises, échanges internationaux, accueil des Bac Pro en BTS, passerelles EPIL vers OZANAM avec la 2de globale et l’inverse avec la 2de GT……). Le groupe OEC joue son rôle.
Revenir au menu

La labellisation des métiers


L
’un des effets positifs de la fusion est notre labellisation lycée des métiers de la construction, de l’environnement et des énergies. C’est un très beau résultat collectif mérité et une belle reconnaissance institutionnelle.

Cette labellisation entre pleinement dans la logique des contrats d’objectifs de la région. Véritable colonne vertébrale de notre offre de formation, elle doit faire progresser de manière évidente le groupe et tous ses acteurs. Elle renforce notre identité et permet une vision prospective pour les 5 à 10 ans. En route pour intégrer un campus des métiers et des qualifications (objectif 2020)

Le recteur et le conseil régional ont l’intention de créer une carte d’implantation des lycées des métiers. Avec cette labellisation obtenue, nous avons de bonnes fondations. Nous nous inscrivons bien dans cette dynamique.
Revenir au menu

Le lien école/entreprises et le concept fédérateur des mini-entreprises


L
e cœur de notre mission de formation est de participer à la construction humaine des jeunes confiés par les familles qui nous font confiance.

Pour y parvenir, nous nous appuyons sur l’incontournable passerelle, « Ecole – Entreprise », l’ouverture à l’international…… qui favorisent positivement l’immersion en milieu professionnel et impulsent la nécessaire culture d’activité ainsi que la mobilité chez nos jeunes. Promouvoir l’esprit entrepreneurial ainsi que l’envie d’entreprendre chez nos jeunes fait partie intégrante de notre mission.

La dynamique des mini-entreprises contribue, également, de manière éclairante à développer chez nos élèves les compétences professionnelles qui correspondent aux besoins de l’entreprise. Les mini-entreprises réinventent le regard sur l’entreprise. Elles jouent un rôle primordial dans la construction personnelle et humaine de nos élèves. Elles stimulent la coopération, suscitent les échanges, inspirent aux jeunes une confiance en eux et donnent toute sa place à l’initiative et à la responsabilité de chacun.

Elles laissent place aux compétences sociales à côté des compétences cognitives. Des élèves qui ont la culture du travail en groupe favoriseront davantage la concertation et la coopération dans leur vie professionnelle. La participation à différents concours est pour nos élèves un laboratoire qui impulse la co-construction et l’esprit d’équipe. Cet investissement dans des activités concrètes permet, à nos jeunes, de raisonner autrement. Le travail horizontal impulsé dans tous ces projets porteurs donne toute sa place à l’initiative et à la responsabilité. Des attitudes attendues dans la vie professionnelle.

Par leur motivation, leurs efforts et leur travail, nos élèves du site EPIL ont gagné en mai dernier le concours régional des mini-entreprises et se sont classés 8ème au niveau national. Ce n’est donc que par un travail personnel régulier, une persévérance face aux difficultés rencontrées, une assiduité aux cours que les talents se développent et s’enrichissent. Toutes mes félicitations aux jeunes et un grand et sincère merci aux enseignants et personnels concernés par ces actions. Je sais qu’ils s’investissent avec enthousiasme et avec une certaine passion dans ces projets mobilisateurs qui insufflent l’esprit entrepreneurial.

Un comportement ouvert au travail en équipe, un esprit de créativité et d’initiative, le souci de qualité sans omettre les qualités individuelles (savoir, savoir-faire, savoir-être, savoir-devenir) sont les principaux profils recherchés par les entreprises. Nos formations favorisent le travail en équipe attendu dans un esprit de saine collaboration où chacun se sent bien à sa place.

Pour faciliter les coopérations, favoriser les transversalités et unifier nos modes de fonctionnement Anais PIRES rejoint notre groupe OEC en qualité de chargée de développement. Elle succède à Mikael DAUBENTON. Elle organisera et assurera les réunions d’orientation – forums collèges – lycées – salon de l’étudiant…. pour promouvoir les formations de l’ensemble de notre groupe. Elle aura, aussi, pour mission d’accompagner les relations école – entreprises en collaboration avec la cellule Oze Entreprises et les chefs de travaux. Elle participera, également, au développement incontournable de l’apprentissage pour notre groupe et à la collecte de la taxe d’apprentissage en lien direct avec les associations d’anciens élèves.

Dans le contexte de changement technique rapide, la relation école / entreprise est nécessaire pour adapter nos jeunes aux exigences de la Troisième Révolution Industrielle (TRI).
Revenir au menu

La 3ème révolution industrielle


L
a Région s’est résolument engagée avec de nombreux acteurs publics et privés dans une démarche de TRI fondée sur le couplage d’internet et des énergies renouvelables. La Troisième Révolution Industrielle est un levier pour notre groupe. Nous devons, avec nos formations (FI – FC – FA) et à notre niveau y participer. La feuille de route opérationnelle de la TRI insiste, parmi les conditions de réussite, sur le développement des connaissances et les formations tout au long de la vie. La TRI permet d’avancer, c’est un changement de modèle économique et un nouveau mode de collaboration que l’on met en place. C’est un changement de posture qui privilégie le travail collaboratif. La TRI c’est créer du lien, former des communautés d’établissements, développer des laboratoires d’idées, mutualiser, travailler en réseau, pour générer des économies.

La TRI est une vraie finalité, c’est l’explosion de l’intelligence collective. L’initiative vient du terrain.

Dans notre domaine de l’éducation, nous nous situons dans ce changement d’état. La TRI c’est comme en pédagogie, c’est adapter les énergies en fonction des besoins et non l’inverse. L’emploi est en croissance dans les secteurs de l’énergie renouvelable. Les secteurs du bâtiment sont en train de s’allier aux entreprises de l’énergie renouvelable pour convertir les immeubles en mini-centrales électriques. Les « Regards croisés sur l’économie, la formation, les territoires » irriguent les propositions d’évolutions de la carte des formations de notre région pour les prochaines rentrées.

Notre schéma triennal des formations 2017/2020 doit prendre en compte la TRI.
Revenir au menu

La problématique de l’orientation


L
a problématique de l’orientation se trouve au centre des préoccupations, nous devons nous soucier des parcours des élèves (vers des parcours valorisants, mieux orienter sur les compétences professionnelles….).

Les filières d’enseignement général sont toujours privilégiées au détriment de l’enseignement professionnel par les parents et les élèves. Cette tendance marque le pas depuis de nombreuses années. L’évolution qui généralise l’entrée en 2de GT n’est pas fatale et dépend aussi du lien collège – lycée et de notre capacité d’innovation pour apporter des réponses concrètes en matière d’orientation, de réussite scolaire et d’insertion professionnelle. Face aux évolutions technologiques, il y a de moins en moins de place pour les gens peu formés. Nous avons l’avantage d’être autonomes dans notre pédagogie et soudés dans un projet collectif.

« L’esprit de Pâques est que rien n’est jamais perdu, nul n’est condamné, c’est une parole d’espérance. Un passage vers une vie nouvelle ».
Revenir au menu

L’enseignement supérieur


L
’un des axes prioritaires de la politique académique est de favoriser l’intégration des BAC PRO en BTS et de faciliter l’ouverture de BTS en LP. Ces deux priorités ont été, régulièrement, rappelées lors de l’audit de labellisation lycée des métiers. C’est un enjeu majeur pour notre groupe. Nous devons mettre en place une organisation pérenne qui permette de mieux accueillir, encore, les bacheliers professionnels avec le but affiché de les mener vers la réussite. Cette réflexion a bien souvent été partagée en conseil d’établissement, journées pédagogiques, conseils de direction. Aujourd’hui, nous devons aller plus loin et anticiper pédagogiquement. Pour cela, nous devons nécessairement faire évoluer notre organisation pédagogique et l’adapter face à ces nouvelles exigences. Nous devons innover, expérimenter et être pionniers dans notre appropriation de cette problématique.

Comme annoncé lors des vœux le 5 janvier 2015, pour privilégier une orientation active et face aux réformes de l’enseignement supérieur, notre modèle de gouvernance du campus évolue à partir de septembre pour :

  • Fédérer tout l’enseignement supérieur du groupe: BTS – BTS PREPA – PTSI2D et CPGE pour impulser une véritable transversalité de notre niveau enseignement supérieur.
  • Développer les outils numériques et les cours ciblés pour les BAC PRO, les BTS PREPA, les PTSI2D et les CPGE.
  • Intensifier nos relations avec la Catho de Lille.
  • Développer et intensifier des partenariats avec toutes les écoles d’ingénieurs.
  • Conduire la mise en place du BTS 18 mois.
  • Créer un plateau enseignement général pour les BAC PRO.
  • Aménager, un «meeting lab » sur le campus.
  • Réfléchir à la création d’une véritable prépa ouverte différente de l’associée pour assurer la réussite de tous les jeunes sur le 1er cycle.
  • Travailler l’esprit collaboratif et coopératif pour développer l’innovation pédagogique.
  • Favoriser le travail d’équipe.
  • Développer l’international avec Frédéric ROUSSELLE et proposer, à terme, une DNL.
  • Assurer le suivi de cohorte de manière qualitative et quantitative.
  • Constituer l’équipe d’enseignants.
  • Anticiper sur l’avant diplôme.
  • Provoquer et mettre en place les changements structurels nécessaires.
  • Mettre en place un plan de formation spécifique pour les enseignants.

Nous sommes sans aucun doute à une période charnière pour l’enseignement supérieur qui doit être mieux pris en compte.

Dans nos réflexions, nous ne devons pas oublier le futur car il est bien souvent insuffisamment pris en compte. Une démarche prospective s’inscrit par anticipation des évolutions à venir pour assurer notre développement dans les 10 prochaines années. Nous avons été labélisés lycée des métiers de la construction, de l’environnement et des énergies, nous sommes une locomotive et un partenaire privilégié pour intégrer un campus des métiers avec d’autres écoles. Nous avons tout à gagner.

Cap vers 2020 !
Revenir au menu